Browsing Tag: interview

    Articles

    Jimmy Eat World – 4 Track History (Lucky Denver Mint/The Middle/Futures/I Will Steal You Back)

    November 28, 2019


    Hey what’s up, i’m Jim – I’m Rick – We’re
    from Jimmy Eat World, this is our four track history. Let’s talk about ‘Lucky Denver Mint’. Wow
    that was on our 1999 album ‘Clarity.’ – yeah that’s right – that’s right, what about the song Rick can you tell us? – well I remember we
    were in the garage that’s where we were writing at the time in Zach’s parents – yeah we used to rehearse and work out material in
    our drummer’s parents’ garage and the interesting thing about that is
    his neighbours were deaf and for the longest time they didn’t know what the
    hell was going on when we practiced cos they just feel like wacky vibrations going on
    in their house and then like one day they saw us wheeling an amp in and they were like ‘oh, that’s what’s up’. ‘The Middle’, off our 2001 album ‘Bleed American’, aka self-titled, ‘The Middle’ was like kind of a throwaway
    song I thought when you’re working on material
    you can run into a bit of a mental issue where something that is harder to
    work on gets more value, like oh I slaved over this thing so
    it must be great you know, where ‘The Middle’ is sort of a song that came
    together really really quickly so it wasn’t
    putting a lot of weight to it. – Yeah it happened and then it was done and then
    we were on to others, like it wasn’t high on our awareness. The video for ‘The Middle was the idea was pitched to us by a
    director Paul Fedor and I guess the song itself is about not really giving in to outside validation so the video was
    about this dude who has to kind of like the dream where you go to school with no
    clothes on except he was at a party where everyone else didn’t have clothes, and he was kind of the outsider with clothes on. ‘Futures’ off the
    album Futures. We made that record with Gil Norton, who has produced a ton of different people – Pixies, Foo Fighters. Gil was really
    awesome in the studio because he’s very very intense, like the level that he digs
    in to what you’re working on it is like you kind of feel like you have to match
    that because you can’t let some outsider be more emotionally
    invested in the thing that you made you saw how much he’s willing to dig in
    you had to match it. Probably the exact opposite from working with Gil Norton. We made that record in a
    house in Hollywood with Alain Johannes. this studio is basically where he lived
    is like we set up amps in his bedroom – Literally he was surrounded by
    guitar amps and you climb over them to sleep yeah
    – try not to bump the mics, yeah Al’s house was basically like a musical
    instrument museum stuff from all around the world, we’d go like
    ‘hey Al what’s that?’ ‘oh this?’ but he could shred on anything like some weird like
    traditional Afghan thing that you play with a goat’s toe you
    know. He’s one of those people you kind of hate because they’re really good.

    PVRIS – 4 Track History (St Patrick/You And I/Heaven/Death Of Me)
    Articles, Blog

    PVRIS – 4 Track History (St Patrick/You And I/Heaven/Death Of Me)

    November 25, 2019


    – What’s up it’s Brian – I’m Lynn – It’s PVRIS
    and this is our four track history. ‘St. Patrick’ came about…there was
    actually I remember right before our first tour ever it was from Europe
    it was like 2012 or 13 yes I remember we had everybody over my house before we
    left and I remember being up
    in my room I was using ‘Reason’ at the time, if anybody’s used ‘Reason’ and
    like knows how like archaic of a program that is to use in this maybe it’s cool
    now I don’t know but I just remember making the ‘dun dun dun dun’ but it sounded so bad
    and like just made the worst demo ever but it started then and then our
    memories finished it once we got to Florida yeah but that video is the first
    video we ever filmed, had to like walk around everywhere. – we walked a lot
    – in a lot of weird places in public with people just like…I have a fun fact about
    that video I don’t know if I Raul showed you this but there’s one shot I think we
    were outside the cinema, outside the cathedral, I forget, I
    think it’s the cinema but we missed this like four edits in before it came
    out but this old lady just walks by the screen and like somebody caught it like
    right before we were about to put it out there like you do realize there’s an old
    woman like walking directly across the camera, I’ll have
    to see if he can pull it up but it’s like very clearly like an old woman just
    like totally missed it like every single edit until she’s probably bummed that
    she’s not in the video I know she was like looking for her debut. ‘You and I’, I feel like…oh I remember
    we like worked on that in between tours I think it was like in between Pierce
    The Veil and something else. – oh yeah I remember that yeah cos actually we were
    coming over here for the first time that like I think it was like a few months
    later after that tour yeah – that one was a little blurry – yeah that one is blurry, cos
    I remember the time period but it’s just like doing all that like in that time
    span. – I think…oh I remember I remember
    Blake’s studio was like he was in between moving so he was like at his
    dad’s house or something he had like this really it was actually like a much
    larger room in his dad’s house and we just remember working on it there but
    that one kind of got like finished over time because we like started it, had to leave for tour, had to finish it afterwards – because it was going on the
    deluxe. – yeah it was a lot like it spur-of-the-moment working on it and
    then for the video I poured, what was it just like black body paint, it was like the sludge yeah and I remember we to like wash
    it off and I was just like, they like hosed me down outside and I was like
    pretty much half naked, I was fully naked but like half naked outside like in a
    towel sitting on a bucket eating a sandwich – and then her head was like
    wrapped in like paper towels so it looked like she was just like completely
    weathered – just like you know the meme of the Fox on the bed that’s like yeah just
    totally just I was that visual and then shortly after there is
    like a kid’s ballet class next door that like suddenly came outside and they just
    saw this weirdo sitting like hovered over this bucket – pretty sure a few of them are still scarred. We made ‘Heaven’, I remember starting
    that demo in the UK actually, we like landed from a flight to London, we
    were in our uber cab or something what I and I
    remember doing that in the car on the way to our Airbnb or wherever
    we were – brand placement sponsorship Airbnb – so yeah I remember
    working on that then, I don’t know it’s weird everything is like was
    always kind of started like a year before and then finished a year later
    and it was always very gradual there’s like our studio time would be
    like okay after this tour you have three days, after this tour you have a week so
    it’s always kind of scattered but yeah I remember the video – the video was funny
    I mean just certain like bits like what was it when Alex like falls back. – yeah
    Alex had to like fall off the table and pretending like a heart attack – yeah I mean obviously in the video it slowed down but like watching
    it in real time it’s just like seeing him stand up and he’s like oh oh like I
    that hurt me actually because it scared me
    but it was just like I knew it was fake so I was laughing but I still felt
    guilty for laughing – yeah Brian was very conflicted that day. – ‘Death of Me’, I remember I just started in
    my apartment in Brooklyn and was just like the ‘bump bump bump bump bump’ guitar
    part was initially like the beginning hook like it started off with just that
    and then it, I don’t know, that one took a lot of shape so I remember having
    like an initial demo for a good probably like year or so, maybe six months, I don’t
    even know at this point and then I brought it to work with Dan from joy
    wave and then we kind of like mess with the structure a little bit and added
    some sections to it and then we took that version, brought it to JT and
    then finished it with JT – it was the icing on the cake – yeah just really hit
    the home run there yeah and I feel like for that video like just crew wise that
    was the most crew we’ve had ever for a video shoot – yeah it was a
    lot of fun – it was funm it was an overnight shooting, 6:00 p.m. to 6 a.m.
    – yeah yeah it was a 12 hour shoot – and so many people, I mean we shot it at this
    house that had burnt…well it didn’t fully burn down but it was there’s like a
    giant house fire yeah I mean and you can’t really even see it in the video
    but…

    A Train That Heals: Veterans Day 2018
    Articles, Blog

    A Train That Heals: Veterans Day 2018

    November 15, 2019


    My name is Spencer Whelan. I’m the
    founder and CEO of Proclaim Advocates. Our company does advocacy marketing and
    Texas Central is our client. Really, really proud and excited to be working
    on something that I think is really revolutionary. I think it’s going to
    change the way that we think about how we do our lives. The things that he went
    through really changed the way he looked at life and he passed that on to me. And
    the system itself is eight generations from what he rode in 1967. I’m just
    excited about this entire project, regardless of it being my client. It’s
    something that I think the state needs I didn’t know about dad’s story until because we started working with the
    freaking on this project it’s an incredible connection I think
    something that I’ve done in my long past just now becoming a reality here in the
    u.s. I never imagined that I would have a grandson happy now that I do I am
    pretty proud that he’s a seer and that my son and his grandson are going to be
    able to see this project come to fruition and be able to experience the
    same things that I experienced when I was 20 years old whenever two cultures
    two countries two economies start to work together on a project the best of
    both amount we have people from Spain Italy Japan the United States the UK
    experts in the field across the high-speed train systems around the
    world coming to Texas and investing in Texas to make sure that this thing gets
    completed and it’s going to be a real thing and to know that he got to see
    generation 1 and we’re going to get to see the final generation with the help
    of all of these international partners I think we’re going to build something
    really unique and special you

    900hp Street Driven FOX!
    Articles, Blog

    900hp Street Driven FOX!

    November 5, 2019


    Meet Timo and his fox body Ford Mustang. It’s a 427. Okay. Yeah 351 stroke Delta 427. Oh, okay. I see It’s running the blower on there. What kind of lure is it? It’s a f1r procharger Streetcars, so have some fun today. What kind of fire is putting up? It’s around 900 But now that We’ve had some issues with a converter. So we’ll see how it holds up, you know Yeah So is your first time with it? No, I’ve been on with it before have you? Yeah, well, hopefully I remember seeing it. Yeah once in a while, you know, I don’t run the series or anything cuz It’s a street country car. You drive around more easy Thanks, yeah all that power in Swords pretty good. It’s fun it works well with this deal too tired It’s pretty good. Once I started gonna the twenty eight by ten. Okay, but I got I got one two one short times Last week with it here. Nope. Yeah It’s pretty decent. Yeah for a drag radial a surprise man. No, what’s your best time in the 8? in the eight Five five five fifty by fifty five forty it went once but usually it’ll go like five five pretty consistently Yeah, that’s good. Yeah, it’s really good. I like the paint color looks nice man. Yeah It’s a little touching up but we’re getting there one thing at a time, you know. Yeah. Yeah You over at PSP there yeah. Yeah. Yeah. Okay, so you’ll have all the fastest stuff So that’s pretty good. How much the car wet? Is it like full street? It’s full trend. Wait, I even have power windows So, oh nice, I’m not sure. I’ve never waited but other than the fiberglass hood everything else is So you got comfort and power everything this is yeah, that’s great I’ve seen cure wants no off throw the kids in the back, you know, yeah For a little crew. Hold on to the bar. I Got the booster seats I put in there so they just said all the booster seat. Oh, yeah. Yeah, that’s good You know when they were young they were pretty scared, but now they’re older so they like cruising Yeah I used to run nitrous on it for years of them same order different motor

    Articles

    Dijkstra algorithm in JavaScript. Codingame: Tan Network – Solved

    October 23, 2019


    Programming shouldn’t be boring. Let’s solve a Codingame’s puzzle today. [Music playing] Hi! Let’s play and solve a puzzle titled “Tan
    Network” by Codingame. I’m Anatol and you are watching the Good Parts
    of the FrontEnd development. If this is your first time here and you wanna
    learn Frontend and JavaScript, start right now by subscribing and don’t forget to turn
    on the subtitles. [Music playing] The story tells: “Yeah, sure. Wait… Gonna have to call you back, I’m entering
    the subway…. No, not the sandwich thing, the… Oh come on…. Yeah, I’ll meet you at the museum. No, the one next to the plaza where we had
    a coffee last week. Take the tramway line 6. Yeah. Right. Bye.” With this programming puzzle, you implement
    a pathfinding algorithm like A star, store and process the map of a city in the form
    of a graph. A told about a Graph earlier in this video. To win this game I need to determine the names
    of the stations from the start to the end, based on the shortest path. Let’s dive into the code. [Music playing] Given a list of train stations, their locations
    and connections, a starting point, and a final point. For each stop create a graph and edges. For each route find a required route. Define a function that implements a calculation
    of shortest paths with Dijkstra’s Algorithm according to a weight of each edge Find the best route for each trip. Oh! I forgot one parameter. Check again. Now it works. That’s pretty easy, isn’t it? Next time let’s have a look at Surface and
    Flood Algorithm. [Music playing] My code is available on GitHub Documentation is available in the Internet Follow the links if you’re eager to get
    more. [Music playing] If you like this video give it “thumbs up”,
    share it with your friends, subscribe to the channel and watch other episodes. Thanks for watching and dive deeper.

    China train journey: 2,000km from Shanghai to Chengdu, interviews & pandas!
    Articles, Blog

    China train journey: 2,000km from Shanghai to Chengdu, interviews & pandas!

    October 20, 2019


    Welcome to Nanjing! This was the first stop on my 2,000km train journey, starting from Shanghai and ending up in Chengdu. A few days after this, I started the longest leg of the trip of a 16 hour train ride from Wuhan to Chongqing. The best part of this trip was using my OK Chinese to make some really cool new friends, even though they spoke no English. Check it out! Do you travel by train every week? Every week? No, we are traveling for work. We are on a trip, a business trip, for a meeting. We went to Wuhan, the capital city of Hubei Province for the meeting. They traveled to attend a friend’s wedding. We traveled to attend our friend’s wedding taking place yesterday. We left home for Wuhan. And today we are traveling back from Wuhan to Jianshi County of Hubei Province. It is adjacent to Chongqing and it is a place of beautiful scenery. Just now you said you didn’t know any other foreigners while traveling by train. Right. Am I the first? You are the first that I’ve sat in a carriage with. You are the first that I’ve talked or chatted like this with. We are very happy to have such close communication with you. In fact, I could have just fallen asleep, but I don’t want to. I want to seize this opportunity and have a nice chat. Before we have chatted with foreigners, “laowai” as we call them, but this is the first time ever that I’ve talked like this on a train. You foreign people don’t like to be called as “laowai”. Just now they called you “xiongdi” which sounds affectionate. It’s as if you were their own brother or sibling, so they called you “xiongdi”. However, when we Chinese people meet a foreigner, we usually use the term “laowai”, Then, I got the camera out of their faces so we could speak more naturally. What are you doing? I’ve already paid for it. It doesn’t matter. But are you sure? Sure, I’m sure. He’s treating you to bananas. OK. Thank you. What blood type are you, A, B, or O? Blood type. I get it. I’m type O. People of type O blood should fall asleep very easily. I’m type O, too, universal blood donor. But now I have a different job. I’m a travel writer. I hope that you will write about this trip and us as your friends. What’s your name? My name is Benny. I don’t have a Chinese name. Betty. Benny. We may understand it in our own way and see him as a person with “benling”, which means he’s very good, impressive and capable. Benling. Yes, that works! Hehe. So it’s Betty. No. Betty is a female name. Your name is the best among us all. “Benling”. Most capable, “Benling”. OK, I see. It’s easy to remember and understand. So after they had given me my official Chinese name, we went to the train restaurant to eat together, and I ordered a simple, but tasty tomato fried egg meal. It was a really long trip, but to be honest, since I was chatting most of the time, it actually flew by! To pass a few hours of the evening train journey, since she was very curious about my story, I let my new friend Lihui read a copy of my book, The Language Hacking Guide. The two dozen translations of it include Chinese of course! After she had read it for several hours, I asked her for opinion. I find that some of your ways of language learning are very helpful. You say that learners should improve their efficiency in a scientific way and work hard, and you also offer some specific ways of learning which I find impressive. One way that I like the best is that the learner should give up using their mother tongue while picking up a new language. Communicating with the natives in the spoken language including using slang is particularly effective in improving language competence. This is what I like the best. What’s more, the second opinion about being persistent is also useful. Without persistence, you’ll achieve nothing. We used to envy others and say, “Wow, he’s so good at foreign languages. He’s a great language learner.” But the truth is, we are too lazy to make the effort ourselves. If people do try hard and find an efficient way of learning, they can all succeed, right? Right, yes. Thanks! Yeah so… this is me, ready to go to sleep. I had a great time with the people I was sharing the room with. They are going to be replaced with somebody else at the moment. It’s 11 o’clock at night, and I’m ready to turn in. We are from Enshi of Hubei Province, you know? People from Enshi speak relatively good Mandarin. I’m from Chongqing and I can’t speak Mandarin very well. I’m a Sichuan girl. It’s alright. I’ve been living in another place for a year and I often speak Mandarin, which is why I speak better Mandarin than you. Besides, we need to speak Mandarin at work. OK. Here’s the stop. After 16 hours, I had finally reached Chongqing! I took a taxi ride to my stopover room, and we picked up someone on the way to work who I chatted with for some advice of things to do in this city. Is the night view here beautiful? Yes, very beautiful. There’s a particular place for night view here called One-tree Viewing Stand. He can’t understand. I can understand. You can understand me, right? You can go there at night by taxi at around 8 or 9 p.m. There you will see an amazing night view. I find it even more beautiful than that in Hong Kong. I have seen Hong Kong night view before. Ah, thanks for your advice! Next, it was time for the last train to Chengdu. Up to now, I had been buying the ticket for the following trip in advance, and since I was stopping in Chengdu a whole week, I thought it was plenty of time ahead to buy a ticket to Xi’an, to continue this train adventure a further 800km, and meet some people in the hard-sleeper carriage this time. But after getting in line an entire hour and a half, this is what I finally heard at the ticket stand! 386, yes. There’s no ticket left for No. 386. Oh there isn’t… And it turned out that the whole of next week was booked out except for standing room, since I was travelling around a holiday. I didn’t fancy standing for 17 hours, so sadly, I had to buy a flight to Xian, and board the last train on this entirely by-land part of my journey. This train was just a two hour trip, most of it travelling really fast! But I was lucky enough to make a new friend here too! Liu Zhe. Liu Zhe. Right. OK. So we are going to Chengdu now. Chengdu, yeah. What will you do in Chengdu? I’m a university student in Chengdu. I go to school there. Which place in China do you think I should go visit? Are you asking me for advice? Yes. I think China is a great country. First, I have never been abroad, but I’m very glad that this friend has been visiting our country China. I hope you will visit Yunnan and check out some minority groups there. There are 56 ethnic groups living together in China, most of which are minorities. So we Chinese people are made up of a huge group. I hope you will visit Yunnan because it is the place where most minorities gather, so you can experience their ethnic cultures. I also hope that your friends will visit China, too. You are all welcome here! OK. Great advice. Thank you! OK. So, bye bye. Bye bye. Liu Zhe and I actually hung out while I was in Chengdu and chatted for several hours, and will be keeping in touch and meeting up again some day for sure. While it was great to meet so many interesting people on the trains, the last thing I did before continuing the second half of my China trip was to meet some interesting Pandas of course! In case you were wondering, the Chinese word for panda is Xiongmao, which literally means “bear-cat”, which I think is appropriate as they are bears that seem to lounge around like cats! Chengdu is host to a famous Panda Sanctuary, and you can get pretty close to quite a lot of them and see families together, watch them eat bamboo, and even see them play around with one another. Getting to know China has been great so far and I look forward to all the upcoming interesting experiences and cool people I still have yet to meet, but I’ll certainly never forget this first train-based part of my trip! Thanks for watching, and stay tuned for more updates soon!

    Concevoir le futur – Transports
    Articles, Blog

    Concevoir le futur – Transports

    October 14, 2019


    – Ceci ressemble
    à une gare ferroviaire. – Nous espérons
    supprimer graduellement les avions en concevant des unités de transport
    ferroviaire qui pourront atteindre la vitesse de 3200 km/h et flotteront sur un champ
    magnétique répulsif ou un coussin d’air. Dans ces énormes trains de
    demain, il y aura la télévision, la radio, des divertissements, des
    centres d’art, des salles de classe, etc. Les sièges des passagers ne seront pas
    alignés comme dans les trains d’aujourd’hui. Par ailleurs, si 40 ou 50
    personnes veulent quitter le train le train ralentira
    jusqu’à la vitesse de 160 km/h, ce qui permettra de soulever ou de
    glisser un compartiment de passagers sur le côté et d’insérer à sa place un
    compartiment de passagers entrants. Il ne sera pas
    nécessaire d’arrêter le train. Dans le futur, il n’y aura
    qu’à remplacer les passagers qui descendront par ceux qui monteront. Un train à accélération linéaire peut vous emmener n’importe où
    dans le monde en seulement quelques heures. Vous serez à l’abri de la neige et de la
    pluie et ne risquerez pas d’être perdus en pleine mer. (Fresco) Le monorail est un des
    moyens de transport que nous utiliserons. Certains d’entre eux feront
    appel à la lévitation magnétique, tandis que d’autres utiliseront
    des roues et rouleront sur des rails. Voici une vue
    aérienne d’une gare de monorail dont l’entrée et la
    sortie donnent sur la grande route. Il s’agit en
    réalité d’un double monorail, car le système de
    rails supporte deux trains. La plupart des monorails n’en sont pas
    vraiment, puisqu’ils circulent sur deux voies. Voici un véritable monorail. Les véhicules du futur seront
    dotés d’une forme hautement aérodynamique. Ainsi, ils offriront une
    résistance minimale au vent. Ils offriront une autonomie maximale
    tout en consommant un minimum de carburant. Le devant et l’arrière de chaque
    voiture seront équipés d’un radar, sonar, ou d’autres dispositifs de détection
    qui seront capables de détecter la distance vous séparant des autres
    véhicules et de la maintenir automatiquement. Autrement dit, lorsque
    deux voitures sur une route sont susceptibles d’entrer en
    collision, les détecteurs électroniques maintiendront la distance
    les séparant automatiquement et empêcheront ces voitures
    de s’accrocher ou de se percuter. Même si elles entraient en contact
    et que leur carrosserie était abîmée, toutes les voitures seront
    constituées de matériaux à mémoire, plus précisément
    d’alliages à mémoire de forme qui recouvrent leur forme
    originale après avoir été cabossés. Je vais prendre ce
    métal appelé nitinol. Ce fil de fer ou ce ressort est
    auparavant enroulé autour d’un mandrin. Chauffez-le jusqu’à une
    température spécifique, puis laissez-le refroidir. Ensuite, étirez-le
    au-delà de sa limite élastique, de façon à ce qu’il ne puisse
    plus recouvrer sa forme de ressort. Il faut aussi le
    triturer dans tous les sens. Si vous le chauffez… Je
    vais le suspendre à ce support afin qu’il ne soit pas
    emporté par le flux d’air, puis je vais chauffer ce métal. Vous allez pouvoir constater qu’il
    recouvre rapidement sa forme originale. On l’appelle
    alliage à mémoire de forme. Dans le futur, on
    pourra obtenir le même résultat avec des matières
    plastiques et autres matériaux. Regardez, il
    retrouve sa forme d’origine. Même si une partie de
    la voiture est détruite, il sera possible de
    reconstruire cette partie automatiquement, car la voiture sera dotée d’un système
    de mémoire qui mémorisera sa configuration. Il en va de même pour le corps humain comme pour les lézards et les
    salamandres, ainsi que certains types d’organisme qui sont capables de
    régénérer des parties de leur corps. La technologie du futur
    permettra aux automobiles de s’auto-réparer et de régénérer
    leurs parties endommagées. Ceci est une unité de transport, ou
    unité de transport à suspension pneumatique. Elle circulera à 1,5m
    ou à 1,2m au-dessus du sol et n’aura pas à
    emprunter les routes et les ponts. Il sera possible de faire demi-tour
    en usant de moyens électrodynamiques, c’est-à-dire en déchargeant l’air
    du côté droit ou gauche du véhicule. On n’aura pas recours à des cavités d’air ;
    on se contentera de l’attirer et de le repousser. J’ai fabriqué cette
    automobile miniature il y a 65 ans. Voilà à quoi ressemblera
    une automobile dans le futur. Elle sera pourvue de détecteurs. Ainsi, si une
    personne veut percuter volontairement un autre véhicule, les freins de son véhicule
    s’enclencheront en dessous d’une distance seuil. De même, si un enfant traverse la route
    pendant que je reculerai, la voiture s’arrêtera. Plus personne ne se noiera dans
    une piscine, car un filet remontera lorsque vous ne serez pas
    à la maison. Est-ce clair ? Si un enfant tombe dans la piscine
    pendant que vous êtes occupé à cuisiner, l’enfant coulera au fond, ce qui
    déclenchera la remontée d’un filet. Que voulez-vous ? Quelle
    sorte de monde voulez-vous ? Ce que vous voyez ici ne
    constitue qu’un aperçu de l’avenir. Nous allons donc parcourir le site
    afin que vous en ayez une meilleure idée. Là-bas, de l’autre côté de l’eau, nous allons construire un très grand
    dôme qui abritera un centre de dialogue où seront invitées
    toutes sortes de personnes. Voici un cargo doté
    de sections séparées. Il peut livrer ceci aux Philippines, décharger cela à Hawaii. Une fois que tous les
    compartiments du cargo sont vides, ils s’autopropulsent
    jusqu’aux quais de chargement. Puis, la partie avant et
    la partie arrière du navire, qui forment l’unité de
    propulsion, sont attachées l’une à l’autre, de sorte que la charge
    est toujours équilibrée. Il ne voyagera
    jamais avec une coque vide. En procédant de cette façon, on
    économisera des millions de litres de carburant, si toutefois il est utilisé
    d’une manière conventionnelle. Ceci représente une méthode de
    propulsion possible. Dans cet exemple, l’eau est attirée
    électrodynamiquement vers la surface du navire, et, en retour, celui-ci est
    poussé vers l’avant en raison de la pression qui s’exerce à l’arrière du navire. De même, lorsque vous pressez un
    noyau de pêche, il est projeté vers l’avant. Son sillage est
    beaucoup moins important, les turbulences
    aquatiques y sont moins importantes et très peu d’énergie est consommée. Cette illustration représente un moyen de
    transport sous-marin futuriste. À son extrémité avant,
    des bulles d’air seront émises à un rythme très rapide, ce qui aura pour effet de
    diminuer considérablement la résistance. Si vous relâchiez
    des milliers de bulles d’air sous le navire, il coulerait, car l’eau porte moins quand
    elle contient des bulles d’air. Dans le futur, le
    système à bulles d’air permettra de réduire
    la résistance à l’avancée. Le transport sous-marin
    est beaucoup plus économique, car il est exposé
    à moins de résistance. En revanche, lorsqu’on
    voyage sur l’eau, on est confrontés aux vagues et à leurs mouvements. Sous l’eau, ce problème n’existe plus. Nous parlons de la civilisation comme
    s’il s’agissait d’un état de choses immuable. En vérité, les gens ne
    sont pas encore civilisés. C’est un processus
    en constante évolution. Nous ne sommes pas
    civilisés ; c’est un processus en cours. Nous ne serons jamais
    complètement civilisés, car notre savoir sera toujours
    lacunaire nous empêchera de nous comporter de la façon la
    plus constructive possible. Ce que je vous dis vaut
    aussi pour l’intelligence. Je ne sais pas si je vous ai parlé d’un
    ingénieur électricien vivant il y a 75 ans. C’est un homme intelligent, mais il ne
    pourrait pas trouver un emploi aujourd’hui. Aussi, quand vous parlez
    d’intelligence, de quoi parlez-vous au juste ? C’est un processus en cours. C’est la raison pour laquelle il
    n’y a pas de personne intelligente. Certaines personnes possèdent de
    nombreuses connaissances dans les domaines A et B, mais très peu dans le domaine C. Lorsque les gens
    emploient le mot “civilisation”, on a l’impression qu’ils sont
    persuadés que nous l’avons atteinte. Aussi longtemps qu’existeront la guerre, la
    police, les prisons et les crimes de toutes sortes, nous serons dans les
    débuts de la civilisation ; ce qu’ils appellent: “civilisation”. Les unités de propulsion de
    ce type d’hélicoptère, ou d’avion seront situées au bout de ses
    pales. Celles-ci seront relativement petites afin que la
    poussée soit plus importante. Le centre du disque,
    c’est-à-dire le compartiment passager, restera immobile pendant
    que les pales tourneront autour. Dans le cas d’une panne du moteur, les pales tourneront automatiquement
    et permettront à l’appareil de se poser. Il pourra se poser verticalement,
    mais aussi en s’inclinant vers l’avant. Vous remarquerez que cet avion ne
    possède ni ailerons, ni gouvernail de profondeur. Il fonctionne d’une façon
    différente, également par propulsion ionique. La décharge d’électrons est
    plus légère, moins chère, plus sûre, plus rapide et
    consomme moins d’énergie. Dans le futur, on
    contrôlera le flux d’air au-dessus des ailes et
    la direction de celui-ci, ce qui rendra le gouvernail obsolète. Pour le transport de
    petits groupes de personnes, on dispose de l’aéronef à décollage et atterrissage verticaux (A.D.A.V.) du
    futur. Ce sont des avions à fuselage portant, car c’est le corps de
    l’avion qui génère la portance pour ce type d’avion. Il
    est propulsé électroniquement, ce qui signifie que des particules
    sont électrifiées puis déchargées depuis l’arrière de l’appareil, ce qui
    a pour effet de le propulser vers l’avant. Pour pouvoir planer, il
    éjecte le même propulseur vers le bas, ce qui génère un vortex circulaire,
    un vortex qui tourbillonne sous l’appareil, et le contrôle de ce vortex
    détermine la vitesse de sa descente. une université qui traitera de
    tous les sujets relatifs à l’homme. Aucun cours qui y
    sera donné n’aura pour but de défendre
    l’exploitation de l’homme par l’homme. Toutes les tâches
    répétitives seront supprimées graduellement. Les machines doivent
    effectuer les tâches salissantes, répétitives et ennuyeuses. L’homme doit s’en affranchir afin de
    s’adonner à des activités plus nobles, afin de réaliser les
    ambitions les plus élevées. (Gazecki) Vous avez donc
    proposé cette idée de ville circulaire ? – Oui, une ville circulaire. Une
    section gouvernementale circulaire. On y trouverait également
    le département de l’agriculture, de l’éducation, de
    l’océanographie : les disciplines fondamentales. Dans le cadre de l’arrangement circulaire,
    ou plan circulaire, les différents quartiers vont se rapprochant du dôme
    central, qui abritera les services médicaux, les magasins d’alimentation, etc. Bref,
    les gens pourront subvenir à tous leurs besoins. L’agencement circulaire
    simplifiera le fonctionnement de la ville, utilisant par ailleurs beaucoup
    moins d’énergie que tout autre système. Si vous partez d’un
    endroit de la ville et la parcourez, vous reviendrez toujours à
    l’endroit d’où vous êtes parti, tandis que si vous vous rendez
    à l’autre bout d’une ville linéaire, vous devrez faire demi-tour pour
    retourner à l’endroit d’où vous êtes parti. Par conséquent, le plan
    circulaire est, de loin, le plus efficace. Quand les villes
    passeront des contrats dans le futur, c’est le système ville en
    son entier qui passera un contrat. De cette façon, toutes
    ses parties et composantes seront livrées par section. La
    première section sera le sous-sol. On y trouvera le système de chauffage, les générateurs électriques, les
    systèmes de canalisation et les systèmes de recyclage. La couche suivante sera
    en fait la première couche. Elle sera constituée des fondations de tous les bâtiments. Ensuite viendra la section qui
    comprendra les bâtiments érigés. Elle partira de la
    portion centrale de la ville et embrassera tous ses secteurs radiaux, y compris le secteur
    des logements périphériques, la ceinture agricole,
    et les zones de loisirs. Les villes seront préfabriquées. La plupart des éléments qui
    constitueront les structures des villes seront interchangeables et
    pourront s’emboîter les uns dans les autres. Ils seront conçus de telle sorte
    qu’ils pourront être désassemblés aussi facilement
    qu’ils auront été assemblés, ce qui permettra
    d’actualiser les villes continuellement. Les eaux que les
    canalisations achemineront dans les villes seront contrôlées. Quelle que soit
    l’ampleur d’une éventuelle contamination, les installations de
    traitement des eaux évaporeront l’eau, la recondenseront et la nettoieront. Toutes les eaux que les canalisations
    achemineront seront constamment contrôlées, non par un système de surveillance,
    mais par plusieurs systèmes de surveillance. Il en ira de même pour
    l’air qui enveloppera la ville : celle-ci sera surveillée constamment. Tous les toits seront photovoltaïques, et tous les
    revêtements extérieurs des bâtiments convertiront le rayonnement
    solaire en énergie électrique. Si nous dépassons
    le troisième secteur, nous nous retrouvons parmi
    les cours de tennis et les parcs. Ensuite se trouve le quartier
    résidentiel, qui contient des lacs, des cascades, et toutes
    sortes de magnifiques plantes. Ces dernières dissimuleront les
    maisons, si bien que leurs occupants ne pourront pas voir les autres
    bâtiments. Les habitants du secteur suivant vivront dans des
    appartements situés dans des immeubles qui hébergeront également des
    troupes de théâtre, des groupes de discussion et seront dotés de centres de loisirs,
    de piscines et de nombreux autres équipements. La vie dans une maison individuelle
    présentera l’inconvénient de devoir vous déplacer pour accéder à ces choses. Dans l’enceinte de la
    ville, les transports seront assurés par des convoyeurs que
    nous appelons transvoyeurs, et non par des véhicules motorisés. Ils se déplaceront
    radialement, circulairement et verticalement et rempliront les fonctions
    d’ascenseur, de bus et de convoyeur. Pour vous rendre dans une autre
    ville, vous emprunterez un ascenseur qui vous conduira sous le dôme central où
    vous pourrez notamment prendre un train Maglev qui vous transportera jusqu’au centre de n’importe quelle
    autre ville ou région. Il n’y aura pas de
    déchets, tout comme la nature ne produit pas de
    déchets. Tous les matériaux que nous appelons
    aujourd’hui déchets seront recyclés et transformés en nouveaux produits. Lorsqu’une ville aura
    atteint un certain nombre d’habitants, nous arrêterons son
    expansion afin qu’un espace naturel la sépare de la ville la plus proche. Cela ne veut pas dire que l’on
    peut résoudre tous les problèmes. Nous pouvons seulement concevoir
    et bâtir un bien meilleur environnement qui fera progresser
    tous les êtres humains. Tout le monde ne
    vivra pas dans un dôme. Voici différents types d’architecture. Cette
    maison pourra faire office de maison de vacances. Je ne connais pas les types de logements
    dans lesquels les gens choisiront de vivre. Chacun pourra faire son choix. Nous souhaitons
    bâtir une ville sur la mer. Vous pourrez choisir la ville dans
    laquelle vous désirez vivre. Certaines de ces villes se consacreront à l’exploitation minière des
    océans. Les océans recèlent du tungstène, du manganèse du phosphore ainsi que toutes sortes de
    substances chimiques dont nous pourrons avoir besoin. Tout le monde
    profitera de leur exploitation. Dans le futur, le fait d’être
    aveugle ne constituera pas un handicap. Les villes seront conçues de telle
    sorte que l’on puisse entendre une porte s’ouvrir et sentir la présence d’une table :
    les objets seront munis de détecteurs. Nous travaillons sur la création
    de méthodes artificielles pour la vision qui sont destinées à tout le
    monde car on peut tous perdre la vue. La recherche médicale n’aura
    plus à racler les fonds de tiroir. Voilà la véritable armée du futur. D’habitude, un
    alligator dort près d’ici. (L. King) Faites-vous le pari que
    les pays ne se déclareront plus la guerre, afin que vous puissiez réaliser vos idées ?
    – En vérité, nous n’avons pas vraiment le choix puisque nous devons choisir entre
    nous autodétruire et changer de direction. – Cet édifice ressemble à un
    stade submergé qui contiendrait… – Nous pourrions construire
    des villes circulaires sous-marines à une profondeur
    située autour des dix mètres. La plupart des
    appartements s’ouvriront sur la mer. On pourra observer la vie
    marine et regarder les poissons nager. Il n’y aura plus de zoos
    aquatiques, ni d’aquariums marins. Nous pourrons tout observer
    dans des conditions naturelles. Les gens pourront pratiquer des sports nautiques,
    la plongée sous-marine et s’adonner à d’autres loisirs. Il y aura même des
    universités sous-marines. – Êtes-vous l’auteur
    de tous ces dessins ? – Oui. (Fresco) Voici un plan de la structure de base d’une ville sur la mer. Sa section supérieure est pourvue de
    pistes d’atterrissage pour hélicoptères. Ces grues se déplacent autour de
    la portion supérieure de la structure. La hauteur de ses pieds est modifiable. Ils soutiennent la structure et
    leur base repose au fond de la mer. Quelle fonction
    rempliront ces villes sur la mer ? Certaines d’entre
    elles seront des hôpitaux qui pourront être remorqués
    jusqu’au large des côtes d’Afrique ou d’Inde. Au lieu d’envoyer des
    matériaux de construction dans ces régions afin que des hôpitaux y soient
    construits puis d’y envoyer les équipements, il est bien plus facile de
    construire des hôpitaux flottants et de les remorquer
    jusqu’au large des côtes d’Afrique. Une fois que des hôpitaux
    auront été construits sur terre, on pourra déplacer
    les hôpitaux flottants ; on les conduira dans
    une autre région du monde. La plupart des villes
    seront construites en cale sèche par des systèmes automatisés. Lorsqu’une ville sera
    achevée, on ouvrira les vannes et elle se remplira d’eau. Ensuite,
    des engins ressemblant à des remorqueurs remorqueront les villes jusqu’à
    l’endroit qui leur aura été dévolu. Certaines d’entre elles
    pourront abriter un million de personnes. Elles seront proches les unes des
    autres et reliées les unes aux autres par des systèmes de transport, plus
    précisément par des tunnels sous-marins ou des ponts. Cette vue aérienne
    nous montre un exemple de ville sur la mer
    parmi de nombreux autres. Les tours seront destinées au logement. Les docks qui entoureront les villes permettront d’explorer et de
    restaurer l’environnement sous-marin ; je pense notamment
    aux récifs endommagés. Cet édifice central
    abritera les jardins hydroponiques où l’on fera pousser
    des aliments sans terre. Par ailleurs, nombre de villes marines seront dotées d’équipements
    d’arrimage pour les véhicules marins. Des espèces de bus sous-marins feront visiter aux gens
    l’environnement sous-marin. Ils auront une bonne vision de l’océan et pourront témoigner de la façon dont il
    est exploité, utilisé, entretenu et protégé, de sorte que les générations
    futures pourront également en profiter. Cette station d’observation
    pourvue d’une plate-forme d’atterrissage mer on Au niveau de la mer, il y
    aura un système de dock flottant qui montera et descendra avec la marée
    et auquel les bateaux pourront être amarrés. Un ascenseur conduira
    les gens jusqu’à un sas qui les emmènera
    jusqu’au fond de la mer. Depuis le fond de la mer, on
    observera les récifs et la vie marine. On ne se contentera pas de surveiller
    l’état des récifs : ils seront restaurés, changés, reconstruits ou reconçus. Un jour, nous serons capables de
    contrôler la forme, la configuration des récifs afin qu’ils puissent
    supporter davantage de vie marine. Je pense que les
    humains peuvent soutenir la nature et l’améliorer
    considérablement. Comment cela se manifestera-t-il ? Cela se manifestera par un
    plus haut niveau de vie pour tous. (Meadows) Quand il
    dessine des bâtiments et des plans, il se soucie de la façon dont ils
    peuvent se combiner, de leur mode de construction. Certains de ses
    dessins ont environ 60 ans ; or, les spécialistes
    commencent seulement maintenant à parler de certaines de ses
    œuvres comme étant réalisables. Par le passé, les gens
    disaient : “L’homme ne sera jamais capable d’aller sur la lune,
    même pas dans mille ans !” Le lendemain, ils levèrent les yeux au ciel
    et virent une fusée qui se dirigeait vers la lune. Lorsque j’ai rencontré Jacque
    pour la première fois, il y a 25 ans, il parlait de
    certaines de ses inventions et on lui disait : “Ce ne sera
    jamais réalisé, même dans mille ans !” Dix ans plus tard, ces inventions figuraient
    sur les couvertures du magazine “Popular Science”. La raison d’être de la
    technologie est de fournir un haut niveau de vie à tout un
    chacun. La technologie ne vaut rien si elle n’améliore pas la vie des gens. Aujourd’hui, les gens ont peur
    de la science et de la technologie, car elles sont à
    l’origine de toutes sortes de méfaits. Toutefois, ce n’est pas de
    la science et de la technologie dont nous devrions nous méfier,
    mais du mauvais usage que l’on en fait. On peut utiliser une fusée pour explorer l’espace, ou la transformer en bombe
    afin de détruire un autre pays. Nous avons vraiment entre
    les mains des objets inanimés dont nous pouvons
    faire ce que nous voulons. La science se traduit en la capacité
    de prédire ce qui est le plus probable. La véritable signification
    de la science est la suivante : la capacité d’anticipation des
    évènements futurs les plus probables. Quand nous parlons de la
    science, nous parlons d’une méthode qui a pour but d’examiner une
    situation, d’une méthode d’évaluation qui diffère du système
    où les opinions sont reines. “Si vous me demandez mon
    opinion, je vous la dirai.” La méthode scientifique n’a pas
    de lien privilégié avec la vérité. Sa façon d’examiner les
    choses est véritablement bien meilleure que celle des
    systèmes qui l’ont précédée, du temps où tout ce qui se produisait
    était attribué aux dieux ou aux démons. (Gazecki) À présent, le temps est venu
    d’appliquer la méthode scientifique à la société. – Oui. Mais ce n’est
    pas encore dans un livre. Les gens ne pensent guère à appliquer la méthode
    scientifique à la société. Si vous voulez savoir où
    résident les solutions à nos problèmes, elles résident dans
    l’application des méthodes de la science à des fins
    humanistes et environnementales. “Concevoir du Futur” fait référence à l’application des méthodes
    scientifiques, et non aux scientifiques ; elle fait référence aux méthodes de
    la science appliquées au système social. Il va sans dire que même les méthodes
    de la science sont en proie au changement, et lorsqu’elles
    changent, le futur change également. Si nous utilisions la méthode
    scientifique partout dans le monde, la probabilité de guerre et de souffrance
    humaine chuterait à zéro. Les privations, la
    pauvreté et les crimes tendraient également à
    disparaître, car leur cause aurait disparu. (Meadows) Avant d’étudier les
    gens, Jacque a consacré beaucoup de temps à étudier le comportement des animaux, à apprendre comment
    modifier et prévoir leur comportement. Il est arrivé à la
    conclusion que notre environnement influe sur notre comportement et nous
    pousse à nous comporter de telle façon. Nous ne sommes pas nés fanatiques, en
    colère, cupides, ni avec nos préjugés. Toutes ces choses sont engendrées et
    nourries par l’environnement dans lequel nous vivons. C’est la raison pour laquelle
    les comportements aberrants perdureront tant que nous n’aurons pas
    changé notre environnement et, par conséquent, la
    nature de nos expériences. (Fresco) Toute culture dans le monde fournit aux gens une
    éducation qui a pour but de leur permettre de remplir
    une fonction au sein de cette culture. Autrement dit, une personne qui
    a grandi au sein de la culture nazie a été façonnée par le svastika et
    ce genre de symboles qui sont mis en avant. Une personne qui a
    grandi dans une tribu primitive dont les membres utilisent
    le javelot, l’arc et les flèches sera exposée à
    ce type d’environnement. Les gens sont donc conditionnés pour servir les
    intérêts d’une culture établie. Qui nous conditionne de la
    sorte ? Les maîtres des institutions. L’establishment. Le
    système de valeurs qu’il promeut a pour but de soutenir
    les structures existantes, qu’elles soient religieuses,
    laïques, industrielles ou militaires. Quand un enfant demande à son père :
    “Papa, quel est le meilleur pays du monde ?” “Notre pays est bien
    sûr le meilleur du monde !” “Quel Dieu est le
    bon, papa ?” “Notre Dieu. Tous les autres
    dieux sont de faux dieux.” Représentez-vous la chose suivante : une famille
    romaine, enfants compris, sous l’Antiquité, se rend au cirque pour voir des chrétiens se faire
    dévorer par des lions. Les enfants disent : “Papa, pourra-t-on revenir la semaine prochaine pour
    regarder les chrétiens se faire manger par les lions ?” Ces enfants sont-ils malades ? Non
    ! Leur système de valeurs est faussé. Ainsi, je me préoccupe
    beaucoup de l’environnement dans lequel les gens
    grandissent et évoluent. Si leur environnement change, il
    en ira de même pour leur comportement. Pour réorienter les gens, il faut
    d’abord réorienter leur environnement. Si vous réorientez les gens
    sans changer leur environnement, ils finiront par
    recouvrer leur ancien comportement. Lorsqu’on tente de penser au
    futur, il faut donc se souvenir de ceci : nos modes de pensée sont
    fondés sur l’endoctrinement que nous impose la
    société dans laquelle nous vivons. L’étendue de nos pensées est limitée par les valeurs
    dominantes de notre société. Il faut beaucoup de temps
    pour élargir son spectre de valeurs. Lorsque j’étais très jeune,
    si je voulais qu’ils progressent, j’étais obligé de faire montre de beaucoup
    de patience quand je m’adressais à des enfants. J’ai parlé du concept de Dieu. De votre concept de Dieu, de mon
    concept de Dieu et de son concept de Dieu. Ils sont tous si différents. Je me
    suis demandé à quoi ressemblait Dieu, si d’ailleurs il existait. S’il n’est qu’amour, pourquoi
    permet-il la guerre et la maladie ? Cela n’avait pas de sens
    pour moi… trop de contradictions. J’ai remis en question ces aspects. Le fait de
    questionner le concept de Dieu me mettait un peu mal à l’aise. Ensuite, j’ai lu des livres sur
    l’histoire et l’évolution des dieux. J’ai appris qu’il existait
    beaucoup de dieux différents : le dieu de la guerre, le
    dieu de la paix, le dieu de l’amour devaient ressembler aux
    personnes qui les avaient inventés. Ils avaient des tempéraments, ils se
    mettaient en colère, exigeaient des sacrifices, et créaient des inondations lorsqu’ils
    n’aimaient pas la tournure des évènements. Toutes ces choses n’étaient pas
    le fait d’intelligences supérieures. Lorsque les gens
    primitifs voyaient des éclairs, ils pensaient que la divinité était en
    colère. De quoi d’autre pourrait-il s’agir ? Quand un ouragan dévastait
    leur terre, ils sacrifiaient aux dieux quelques membres de leur
    tribu dans l’espoir que les dieux ne déclencheraient
    pas un second ouragan. Si un second ouragan
    se produisait malgré tout, ils sacrifiaient alors
    quelques jeunes individus. Le chef se
    sacrifiait rarement lui-même. Il avait toujours sous la main un
    groupe de personnes prêtes à être sacrifiées. Les êtres humains ont ce défaut : ils ne peuvent s’empêcher
    d’inventer une cause imaginaire aux choses qu’ils ne comprennent pas, il leur faut créer
    des dieux et des démons pour rendre compte des
    choses. Les chefs de ces communautés renforcent ce comportement. Quel que soit le
    degré primitif d’une tribu, si ses membres demandent au chef : “Pourquoi les
    mauvais vents entraînent-ils les gens vers le large ?” Le chef leur répond :
    “Vous ne vous comportez pas bien !” “Vous ne faites pas
    assez d’offrandes au volcan !” “Jette ton beau-frère dans le volcan ;
    peut-être qu’après ça il n’entrera plus en éruption.” Mais si la personne jetait
    son beau-frère dans le volcan et qu’il entrait malgré tout en éruption, la
    belle-sœur devait aussi être jetée dans le cratère. Ainsi apparurent la
    métaphysique, la religion et la superstition. “Je touche du bois.” Certains portent sur eux une
    patte de lapin, mais ils oublient que le lapin en a quatre et qu’il
    n’est pas pour autant à l’abri du danger. Au final, là où
    règne la superstition, règne également l’ignorance. On a recours au mythe
    pour rassurer le petit gars qui travaille dans un
    champ et qui s’interroge : “Qu’est-ce que tout cela signifie ? Il
    me semble que je n’arrive jamais à rien.” “Lorsque tu casseras ta pipe, tu
    pénètreras dans un monde merveilleux.” “Tout ce que tu n’auras pas obtenu
    dans cette vie, tu l’obtiendras dans l’autre, à condition que tu sois vertueux.” La quantité de
    superstitions d’une culture donnée est directement proportionnelle à la
    quantité d’informations dont disposent ses membres. Dans le futur, les
    informations de qualité seront beaucoup plus
    nombreuses qu’aujourd’hui, si bien que les gens ne diront plus : “Je touche du bois”, “aujourd’hui, c’est mon
    jour de chance”, “quand votre tour est venu de mourir, que vous le vouliez ou
    non, vous allez y passer.” Je considère que toutes ses actions relèvent du plus
    haut degré de spiritualité. Plutôt que d’espérer vivre
    dans un monde meilleur après sa mort, il s’agit de réaliser sur
    Terre toutes les nobles choses dont parlent les livres religieux. Nul besoin d’attendre
    d’être morts pour y parvenir. Nous pouvons faire face à
    nos problèmes dès aujourd’hui, sans devoir attendre qu’un Messie vêtu
    d’une robe blanche arrive et change le monde. N’attendons pas d’être au
    paradis pour vivre dans un monde meilleur, les croyants
    peuvent résoudre aujourd’hui les problèmes
    auxquels le monde est confronté. Dans nombre de religions, on attribue les
    évènements à la volonté de Dieu. Si survient un accident, les
    croyants disent que c’est la volonté de Dieu. Ce genre d’affirmations vous empêche
    de penser, vous empêche d’être novateur ou de se dire : “Comment
    pouvons-nous repenser notre système de transport de manière à ce que nous ne soyons
    plus jamais confrontés à ces problèmes ?” En travaillant avec
    des prêtres et des croyants, Jacque a élargi leur horizon
    et les a ainsi rendus plus créatifs. Désormais, ils observent
    l’environnement qui façonne le comportement des gens et ne les considèrent donc plus
    comme des personnes bonnes ou mauvaises. Il s’agit de modifier leur environnement si l’on veut que les gens
    aient un comportement plus constructif. (Fresco) Si les gens me
    demandaient de repenser le monde et leur mode de vie, je
    commencerais par mener une étude afin de déterminer les
    ressources dont nous disposons : la quantité d’eau à disposition le nombre d’habitants de la Terre
    et la surface de terres arables, etc. Une fois que je saurais tout cela, je
    pourrais fonder les paramètres du plan de conception sur les ressources dont nous disposons. Notre besoin essentiel est celui d’une
    compréhension des ressources de la Terre, grâce à agronomes, les géologues et les
    géophysiciens, des spécialistes de l’étude de la planète. Ces gens-là n’émettent
    pas une opinion. Ils disent : “Il y a plus de vie en
    Antarctique.” Ce n’est pas une opinion, mais le résultat d’une recherche. Dans
    le futur, plus personne n’émettra d’opinions. “Avez-vous des informations sur
    ce domaine ?” “Non, je n’en ai pas.” “Bien. Vous pourriez en trouver ici.” Ou bien : “Voici comment vous
    devriez procéder pour en trouver.” Ainsi, j’affirme que tout
    le monde a besoin d’air pur, d’eau potable, de terres arables et d’avoir un bon rapport au langage. Je n’essaie pas
    d’imposer de force mes concepts ; je dis seulement que la
    Terre est la mesure de toute chose. Autrement dit, nous
    devons vivre en accord avec la capacité de charge de la Terre. – Cela ne vous semble-t-il pas
    raisonnable ? – Oui, mais je continue de m’interroger sur le degré de
    radicalité de ce changement social, et jusqu’à quel point ce
    nouveau monde sera différent du nôtre. – Et comment peut-on
    passer de notre monde à ce monde ? – Comment les gens l’accepteront-ils ? –
    Très bien. Voici comment les choses vont se passer. Toutes les prises de décision finiront par être transférées aux
    machines. Les gens commenceront par dire : “À vrai dire, je ne suis pas sûr de
    vouloir que des machines prennent des décisions.” Permettez-moi de vous rappeler que c’est
    ce que fait une balance. Dans une boucherie, le boucher vous dirait
    : “Ce poulet pèse 3 kg.” Vous êtes l’acheteur, vous dites donc :
    “Je n’ai pas l’impression qu’il pèse 3 kg.” Vous le soupesez, et dites “Il ne doit pas
    peser plus de 2 kg.” Vos muscles sont contractés vous avez l’impression que le poids est
    moins important. Puis, la balance est arrivée et depuis lors nous lui
    assignons la prise de décision. – N’est-ce pas ? – Oui, monsieur. – Il
    en va de même pour les pilotes de ligne. Arrivés en vol, ils se disent “Je pense
    que l’avion se trouve à une altitude de 2500 m.” Ils regardent un instrument
    de vol qui les informe que l’avion se trouve à 1281,1 mètres d’altitude. C’est une machine
    qui a pris cette décision, car une machine est
    beaucoup plus précise qu’un homme. Les citoyens moyens se
    posent la question suivante : “Une machine peut-elle être
    plus intelligente que son concepteur ?” Je connais un petit gars qui a
    conçu une machine qui est capable de se saisir d’un train de marchandises et de le
    décharger. Son concepteur est incapable d’en faire autant. Les machines sont toujours
    plus rapides que leurs inventeurs. Avez-vous déjà vu une chaîne de
    traitement de bouteilles de Coca-Cola ? L’inventeur de cette machine
    serait bien incapable d’en faire autant. Que se passe-t-il dans
    notre société ? Nous automatisons de plus en plus la prise de
    décision en la déléguant aux machines. Imaginez un domaine agricole
    équipé d’un parc d’ordinateurs. Il y a des installations
    électriques dans le sol : lorsque le niveau de la nappe phréatique
    diminue, de l’eau est pompée à cet endroit. Si la teneur en nutriments du sol
    vient à changer, ces nutriments sont pompés. Nul besoin d’un homme disant “Monsieur
    le Président, la sécheresse sévit ici !” Et le président lui
    demande : “Est-ce grave ?” “Il y a 5000 sans-abris et il y en aura 15
    000 d’ici trois jours.” Le président dit alors “hum”, puis
    est transporté par avion jusqu’à la région où sévit la sécheresse et il déclare : “Oui,
    la sécheresse sévit bel et bien ici.” Et après ? En revanche, lorsque la production,
    la distribution et l’agriculture d’un pays sont connectées à des ordinateurs, vous disposez d’un système nerveux qui maintient un équilibre dynamique entre la production et la distribution des
    biens et des services, sans utilisation d’argent. Le véritable gouvernement se
    trouve juste au-dessus de votre tête. Veuillez vous retourner pour le
    voir. Il ressemble à notre globe terrestre. Ce globe-là prend toutes les
    décisions nécessaires, car il est interconnecté ! Des satellites tourneront autour de
    la Terre et projetteront un hologramme, une image virtuelle de la Terre. Ainsi l’on pourra observer
    la Terre réelle en temps réel. On s’approchera des écrans
    de contrôle et l’on demandera : “Combien d’avions
    sont en l’air en ce moment ?” L’ordinateur parcourra alors le monde entier au
    moyen d’une ligne laser et vous répondra : “7320”. Il nous informera sur la
    position de chaque avion, de chaque ouragan, sur les conditions écologiques partout sur
    la Terre, sur l’état de santé des plantes, etc. Aucun être humain
    n’est capable d’en faire autant. Nous n’avons donc pas besoin d’un
    gouvernement, mais d’installations électroniques au service de l’agriculture, de la
    production, de la distribution et de la météo. Lorsque les gens seront chez eux, ils pourront
    obtenir toutes les informations qu’ils désireront et ces informations n’auront rien à voir
    avec des opinions fondées sur la sagesse populaire. (Gazecki) “Concevoir le
    Futur” est une société autorégulée et gouvernée par un système
    cybernétique d’offres et de demandes. Les systèmes politiques sont
    remplacés par un système où les informations concernant la population se
    présentent sous forme de table et où les biens et les services sont
    distribués en fonction des besoins de la population. Il s’agit donc d’un
    système économique qui est fondé sur l’utilisation de
    toutes les ressources disponibles afin de répondre aux
    besoins de toutes les cultures. (Meadows) Quand l’économie
    connaît une dépression ou une baisse, beaucoup de personnes n’ont
    pas d’argent pour acheter des biens, alors même qu’il n’y a pas de pénurie de
    marchandises, que la capacité de production est intacte et qu’il y a toujours
    des ressources et des fermes. Les gens veulent
    travailler et faire des choses, mais ils n’ont pas l’argent qui leur
    permettrait de se réaliser ou d’acheter des biens Le monde actuel est
    donc terriblement injuste : une grande partie de la
    population de la Terre est affamée et souffre, alors même qu’existent les
    ressources, les capacités de production et l’ingéniosité qui peuvent remédier à
    ses maux. Certaines personnes sont des nanties, tandis que d’autres n’ont rien. Cette terrible situation est
    d’autant plus absurde et honteuse que notre technologie nous
    donne la possibilité d’y mettre fin. Nous disposons en
    effet de la technologie pour produire l’abondance partout
    dans le monde et pour tout le monde. Les gens me demandent toujours : “Combien va
    coûter la construction de ces nouvelles villes ?” Disposons-nous des
    ressources pour les construire ? Voilà la question qu’il faut poser
    et non “combien cela va-t-il coûter ?” C’est la sempiternelle question que
    posent les tenants du système monétaire. L’argent est une
    invention se prêtant bien à l’acquisition de biens et de services dans un environnement où
    règne la rareté. Si la rareté sévit, si par exemple l’eau potable est rare, on
    lui attribue un prix qui sera forcément élevé. Si l’eau est abondante,
    soudainement la terre s’ouvre et une immense quantité
    d’eau fraîche emplit chaque ravin. On ne s’en soucie donc plus. Les pouvoirs
    publics protègent les biens dont les gens ont besoin et auxquels ils n’ont pas accès. Ils
    placent donc des policiers devant ces biens. Mais si les citronniers,
    les orangers et les pommiers poussaient partout, on ne
    pourrait pas vendre leurs fruits. Imaginez une île
    peuplée de 10 000 habitants qui possèdent dix milliards de dollars. Mais sur cette île on ne trouve ni
    ressources, ni terres arables, ni eau potable, ni poissons, absolument rien. Quelles sont les
    vraies richesses d’avenir ? Les ressources. Dans une société fondée sur
    les ressources, et non sur la monnaie, les gens pourront accéder
    gratuitement à tout ce dont ils auront besoin. C’est un peu comme le
    principe de la bibliothèque publique. Ils pourront obtenir gratuitement un
    appareil-photo, un vélo ou une montre-bracelet. Aucun prix ne sera étiqueté
    sur les biens dont ils auront besoin. Cela signifie que nous devons
    atteindre un niveau de production si élevé qu’il pourra éradiquer la rareté. Beaucoup de gens se demandent ce
    qui poussera les gens à travailler s’ils peuvent satisfaire
    leurs besoins gratuitement. Qu’adviendra-t-il de la
    motivation ? Qu’est-ce qui motivera les gens ? Lorsqu’ils tireront profit d’une
    activité, quelle sera la nature de ce profit ? Si les matériaux servant à la
    création sont librement disponibles, qu’est-ce qui poussera
    les gens à se surpasser ? Le besoin. Nous
    éprouverons toujours un manque. Ce sentiment de manque est lié au fait que nous ne pourrons
    pas atteindre la perfection, nous ne pourrons pas
    véritablement atteindre l’équilibre dynamique. Nous serons toujours en proie à
    une certaine forme de déséquilibre. Avec l’élimination de la rareté,
    les motivations fondamentales des individus s’orienteront vers la
    résolution de problèmes. Lorsque des pays ou des groupes de
    personnes n’ont pas accès aux ressources, leur comportement
    est difficile à gérer. Il devient anormal ; les
    gens perdent leur équilibre mental, si bien qu’ils ne peuvent
    parvenir à des conclusions appropriées. En revanche, lorsque les
    gens sont mentalement libres, lorsqu’ils sont débarrassés de la
    dette, de leurs obligations et de la servitude, ils peuvent alors partir à
    la recherche de nouveaux horizons dont ils n’osaient
    même pas rêvé auparavant. Dans “Concevoir du Futur”, le
    pivot du processus démocratique sera l’utilisation de
    salles publiques d’exposition. Grâce aux salles d’exposition, tout
    le monde aura l’opportunité de participer à l’établissement des priorités qui
    doivent présider à la gouvernance de la société. Ce sera comme une foire d’exposition
    mondiale où seront montrées les nouveautés. Vous regarderez autour de vous et vous
    direz : “Je voudrais l’une des ces choses” ou “je peux installer ce
    truc dans ma cuisine”, etc. Tous ces produits susciteront des
    commentaires. À chaque apparition d’un nouveau produit, on demandera aux gens : “Qu’en
    pensez-vous ? Le trouvez-vous efficace ? Lui trouvez-vous des défauts ?
    Saisissez votre point de vue concernant ce produit sur votre ordinateur”. Il
    s’agira donc d’une démocratie intégrée, d’une culture participative qui fera
    participer tous les concitoyens à la gestion de la cité. Elle relèvera d’un
    processus constant, de sorte que les gens sauront immédiatement quel
    produit est sur le point de sortir, quels produits existent, ce qui
    est disponible et ce qui ne l’est pas. Il y aura par conséquent beaucoup
    de communiqués, beaucoup de publications et de visualisations au
    sujet des besoins de la société. Tous les habitants du monde
    seront continuellement informés sur ce que nous savons et ignorons
    et sur ce qui fait cruellement défaut. On demandera à tout le monde de
    faire des suggestions, d’écrire des articles et d’apporter des idées. Je veux que vous
    reteniez ceci : tous les prodiges et merveilles de la
    technologie ne valent rien s’ils ne permettent pas aux hommes
    de réaliser leur plus haut potentiel. C’est le but de “Concevoir le Futur”. (Meadows) Jacque écrit, travaille
    et invente des choses tous les jours. Son appétit de vivre le
    pousse à avancer et à travailler. Il s’intéresse aux
    choses. Il s’intéresse à tout ce qui se passe sur terre,
    à la tournure que prennent les choses et à leur dénouement,
    tout en promouvant avec ardeur la direction qu’il aimerait que le
    monde prenne. C’est son principal objectif. Il fait vraiment feu de tout
    bois. Il ne faut pas se contenter de dire aux gens à
    quoi ressemblera le futur, il faut également leur
    montrer ce dont ils manquent. Il continue de présenter de
    nouvelles idées, des inventions, de nouveaux plans tout en
    améliorant ses créations antérieures. Il s’efforce de mieux matérialiser ses idées,
    il fabrique plus de maquettes, fait plus de vidéos. Il fait tout son possible pour que
    ses idées deviennent des réalités. Il n’apprécie pas l’évolution
    actuelle de la société. Il ne peut l’accepter. Mais au lieu de se borner à se
    plaindre, il propose une alternative. Parfois les gens me demandent :
    “Essayez-vous de proposer une société parfaite ?” Je n’ai aucune idée de ce qu’est une
    société parfaite. Je ne sais pas ce que cela signifie. Je sais seulement que notre
    monde pourrait être bien meilleur. Je ne suis pas un utopiste. Je ne suis pas un
    humaniste rêveur qui aimerait que tout le monde vive
    dans la cordialité et l’harmonie. Je sais que si nous ne vivons pas
    ainsi, nous finirons par nous entretuer et par détruire complètement la
    Terre. Nous ne sommes qu’une espèce rudimentaire à un stade grossier de son
    évolution. Notre civilisation… Nous ne sommes pas encore civilisés. Une fois que nous serons tous unis et que nous en aurons fini avec les
    systèmes militaires, les prisons, la torture, la faim, la pauvreté et les
    privations, lorsque tout ceci aura disparu ce sera le début du monde civilisé. Nous n’en sommes pas encore là.