30 ans de tramway à Grenoble : quelles leçons pour Québec?
Articles, Blog

30 ans de tramway à Grenoble : quelles leçons pour Québec?

September 12, 2019


grenoble en france une agglomération de 450 mille habitants niché au pied des alpes sa superficie est identique à celle de québec mais les deux villes se distinguent par leur choix en matière de mobilité il y a une trentaine d’années avec un mince appui populaire de 53% grenoble s’est dotée d’un tramway nous avons tenu bon nous avons fait la fête et puis on a reconnu quelques temps après quand on l’a fini l’aménagement d’accès une réussite michel destot a été maire de grenoble pendant près de 20 ans ils placent l’expansion du réseau de tramways parmi ses plus grandes réalisations depuis 1987 plus de 40 km de rails ont été posées à chaque jour environ 240 milles déplacements sont enregistrées dans les 80 stations le succès du tramway grenoble n’est plus à démontrer même si le réseau de transport de l’agglomération propose plusieurs dizaines de parcours d’autobus c’est le tramway avec ses cinq lignes qui génère 65 % des déplacements mais attention ce succès d’achalandage n’est pas le fruit du hasard sur les lignes principales un tramway circulent en moyenne toutes les 3 à 5 minutes le coût d’un passage unique est fixé à 1 euro 60 centimes soit à peine de dollars 40 canadien présentement à québec il faut prévoir trois de leurs cinq ans pour monter dans un autobus la mobilité ces endroits il faut permettre à chacun quel que soit son revenu de pouvoir se déplacer iliad mongaburu en étonnera plusieurs par son allure décontractée mais c’est lui le nouveau président du smtc l’équivalent du réseau de transport de la capitale chez nous lors des élections municipales de 2014 ils étaient au nombre des candidats écologistes qui ont créé la surprise en prenant le pouvoir à grenoble depuis la nouvelle administration à limiter la vitesse à 30 km heure dans 80% des rues et reconfigurer plusieurs artères en sens unique pour favoriser les déplacements à pied ou à vélo n’empêche il se défend d’avoir déclaré la guerre à l’auto ce sont des mesures qui permettent d’améliorer la sécurité routière et qui permettent de diminuer les pollutions dans le territoire alors ici la parc c’est quoi retirer du débat public michel destot souligne pour sa part la façon dont le tramway à transformer grenoble on a reconquis comme on dit l’urbanisme de cette ville qui n’était pas peut-être extrêmement belle quand vous avez des villes comme lyon ou bordeaux qui sont les villes très unie très belle évidemment paris sur l’avenue jean jaurès lors des travaux de la ligne e complété en 2015 les voies du tram ont été gazonné et des traverses pour piétons ajouté la ville a choisi de retirer deux voies de circulation dans chaque direction afin d’aménager des trottoirs élargis mais le chantier qui a duré deux ans a paralysé le quartier alors je sais pas comment il fait le québec n’y suis pas allé encore j’espère y aller je venais revoir une fois que les travaux seront finis cette commerçante préfère en rire mais elle jure avoir vécu l’enfer et travaux du tram sont très très dur pour pas se voiler la face pour tout ce qui est commerce c’est traite c’est un passage qui est très très difficile la disparition de la moitié des stationnement sur rue à fait mal au commerce et la circulation est souvent lourde sur la seule voie automobile restantes tu l’avais débris fille sur le deuil et coussins etc mais selon ce fleuriste l’avenue jean jaurès se transforme pour le mieux vous voyez c’est un quartier qui bouge c’est pas un quartier qui est devenu morts en tout cas il y avait du monde avant quand c’était beaucoup de voitures il ya du monde aujourd’hui parce que beaucoup de piétons des arrêts de tram etc malgré les irritants personnes à grenoble ne semble remettre en question le tramway le plus récent projet de prolongement toujours en cours a été lancée sans la moindre opposition ici olivier lemieux radio-canada grenoble

2 Comments

  • Reply Paname514 February 19, 2019 at 2:08 pm

    Oui, Grenoble et Québec n'ont pas le même climat donc la comparaison n'est pas idéale. Mais c'est une vision simpliste. Toutes les grandes villes d'Europe du Nord et de l'Est, par exemple Moscou, Kiev, Helsinki, Saint-Pétersbourg, etc, ont des grands réseaux de tramway alors qu'il y fait très froid en hiver – voire même plus froid.
    En cas de neige, il suffit de mettre un chasse-neige – oui, ça existe! Et même si le service de tramway est perturbé, je ne vois pas en quoi ce serait différent des perturbations actuelles des autobus et du trafic de voitures lors des bordées de neige.
    Pas besoin d'attendre le tramway très longtemps dehors s'il fait froid, car les applications modernes permettent de savoir en temps réel les horaires de passage. Aussi, déneiger son allée pour sortir son char fait qu'on est dehors quand il fait froid, mais ça tout le monde l'oublie.
    Quant aux côtes, aucun souci. Il y avait déjà un tramway dans le passé à Québec, et dans plusieurs villes du monde les tramways gravissent des côtes de plus de 10% – presque 14% au Portugal.

  • Reply Kyzer 01 February 22, 2019 at 1:58 am

    Mon cul oui il n'y a pas pire que se truc qui coupe la circulation…
    Le metro ces BEAUCOUP mieu
    Plus de rame
    Plus rapide
    Pas d'embouteillage
    La neige ne gaine pas
    Ex ex
    20km/h vs 80km/h au meme prix il ny a pas de contre argument

  • Leave a Reply